• Madame Vigée Le Brun ( suite et fin)

     

    Élisabeth Vigée Le Brun, née Louise-Élisabeth Vigée le 16 avril 1755 à Paris, et morte dans la même ville le 30 mars 1842, est une artiste peintre française, considérée comme une grande portraitiste de son temps à l'égal de Quentin de La Tour ou Jean-Baptiste Greuze.

     

    Son art et sa carrière exceptionnelle, en font un témoin privilégié des bouleversements de la fin du XVIIIe siècle et de la Révolution Française. Fervente royaliste, elle sera successivement peintre de la cour de France, de Marie-Antoinette et de Louis XVI, du Royaume de Naples, de la Cour de l'empereur de Vienne, de l'empereur de Russie et de la Restauration.

     

    Entre deux siècles comme au confluent de deux fleuves" : ces mots de Chateaubriand semblent avoir été écrits pour elle. Née sous le règne de Louis XV, Louise Elisabeth Vigée Le Brun est témoin des prémices de la Révolution, connaît l'Empire et la Restauration, avant de s'éteindre sous la monarchie de Juillet, dans sa quatre-vingt-septième année. Une longévité exceptionnelle qui accompagne une destinée hors du commun. 

    Artiste précoce et talentueuse, elle pénètre, malgré les obstacles, dans le cercle prestigieux de l'Académie royale de peinture ; ses cachets sont parmi les plus élevés de son temps. Les troubles de la Révolution font d'elle une voyageuse : de l'Italie à la Russie en passant par l'Autriche, dans une Europe dont le français est la langue, elle conquiert à la force du poignet une clientèle princière. 

     

    Mais les succès ne compensent pas les peines privées : sa fille chérie, Julie, s'oppose à elle, son frère la déçoit, son époux endetté réclame son aide. La postérité a retenu l'image du peintre gracieux de Marie-Antoinette ; on sait moins qu'au XIXe siècle, mue par un esprit de curiosité infinie, Mme Vigée Le Brun ouvrit grand son salon à la jeune génération romantique. Exploitant archives, lettres et carnets inédits qui éclairent la vie privée et publique de l'artiste, accordant toute sa place à son oeuvre peint, cette biographie retrace le destin de l'un des plus grands peintres de son époque.

     

    Magnifique portrait avec le nez aquilin et les lèvres pulpeuses à la mode de l'époque 

     

     

     

     

     

     

     

     

    un de ses rares paysages 

     

    la mode avait changé depuis la révolution française 

    on sent l'influence Empire et le début du 19ème siècle 

     

     

     

    la mode masculine également , fini les perruques .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Merveilleuse exposition dont je garderais un souvenir ébloui.

    ...............................

    ........

    ....

    « Elisabeth Vigée Le Brun expo du Grand Palais 3 suite ANNE TERESA DE KEERSMAEKER au Palais Garnier »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Novembre 2015 à 21:43

    Bonsoir Jean-Marc

    enfin je vois tes belles photos j'ai déjà pris quelques photos la dernière fois je reviendrais demain

    je suis hs ce soir je repasse un moment dur dur

    j'ai retrouvé une lettre  de mon frère en me disant

    qu'il m'aimée une enquète est en cour en ce moment

    pas facile de faire son deuil

    je suis épuisé moralement

    je te souhaite un bon week-end bisous

     

    nuit

    2
    Dimanche 8 Novembre 2015 à 00:19

    Gros bisous à toi j'espère que ça ira mieux. 

    La vie est difficile aussi parfois 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :