•  

     Avant la représentation tant attendue du Testament de Marie 

    avec l'actrice phare de la Comédie Française Dominique Blanc .

     

     

     le décor avant la représentation ce soir là .

    Il y avait sur scène un vrai faucon . Dominique Blanc au début de la pièce le fait sortir en coulisse .  

     

    Dominique Blanc  remplit un grand seau d'eau glacé vers la fin de la pièce et se le déverse sur la tête!!!

    Celui qui est derrière elle. 

    Et fini la pièce dégoulinante . Caprice du metteur en scène ?  

    Le testament de Marie

     

    Vingt ans après le succès de Maison de poupée, déjà au Théâtre de l’Odéon, Dominique Blanc retrouve Deborah Warner pour un texte à un seul personnage cette fois : Marie, la mère de Jésus. C’est en 2013 que l’Anglaise a créé à Broadway l’adaptation du roman de Colm Toïbin, publié l’année précédente, avec l’actrice Fiona Shaw, qui le jouera ensuite à Londres. Le public parisien peut à son tour voir et entendre cet étonnant monologue, traduit par Anna Gibson, interprété par la bouleversante Dominique Blanc. Avant le début de la représentation, les spectateurs qui le souhaitent sont invités à monter sur le plateau et découvrir le curieux désordre installé par le décorateur Tom Pye : un mur de lumignons, un vautour sur son perchoir (surveillé par une fauconnière), une cage de verre enfermant un tableau religieux et une chaise sur laquelle viendra s’asseoir la comédienne, telle une statue de la Vierge… La musique omniprésente de Mel Mercier s’appesantit. Elle s’évanouira dès le début du spectacle, tout comme le faucon, les bougies veilleuses et la cage de verre, pour laisser la place à la parole d’une femme qui contraste avec la Vierge objet d’adoration et de culte.

     

     

    Le récit de Marie est celui d’une mère dont le fils est parti, "a réuni autour de lui une bande de désaxés qui n’étaient que des enfants comme lui, ou des hommes sans père…" Colm Coïbin l’imagine à Ephèse, là où elle est censée avoir vécu ses dernières années, recevant des visiteurs à qui elle témoigne de ce qui s’est passé. Elle se souvient "de tout", des événements étranges qui se sont produits, des miracles comme la résurrection de Lazare, et surtout de la crucifixion. Pas question de religion, mais d’une histoire charnelle, humaine. Celle de toutes ces mères qui voient partir leur fils et se sentent coupables de n’avoir pas toujours été présentes. Loin de la Vierge iconique et dématérialisée, Dominique Blanc donne à ce corps "fait de souvenirs autant que de sang et d’os" une réalité concrète. Profonde et subtile, faisant passer tous les sentiments, émotions et blessures, dans sa variété de jeu, de la révolte à la douleur, elle interroge l’humanité : "Vous affirmez qu’il a sauvé le monde, mais moi, je vais vous dire ce qu’il en est. Cela n’en valait pas la peine. Cela n’en valait pas la peine." Le mystère demeure mais le message est reçu.

     

     Le Moulin Rouge en rentrant à la maison 

    Des plantes grasses ramenées de Corse qui finalement se plaisent à Paris .  

     

     

     

     

     

    Une douceur achetée chez Juji-Ya  rue Sainte Anne  dans une assiette Mino Yaki un délice à la prune .

     Un baigneur au Bois de Boulogne 

     

     

     

     Akira! Lui est interdit de baignade. 

     

     

     

     

     

     

     

    Plus tard à la maison.  

    ..................

    .........

    ...

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  

     

    Exposition Les Jardins au Grand Palais.

    Fragonard, Monet, Cézanne, Klimt, Picasso ou encore Matisse. Les plus grands artistes ont célébré le jardin et transformé, grâce à leur talent, cet espace clos en un monde de liberté et d’imagination. Ils ont ainsi donné naissance à certains des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art. Le Grand Palais les réunit dans une exposition hors-norme, qui retrace, de la Renaissance à nos jours, six siècles de création autour du jardin. Peintures, sculptures, photographies, dessins, installations, environnements sonores et olfactifs nous entraînent dans un voyage immersif et poétique. Une promenade « jardiniste » unique qui fait résonner l’appel du printemps.

    Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais

    Quelques photos de l'expo en cours.  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     ........................

    ............

    .......

    Partager via Gmail

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires